Détail du livre

PARTAGER LA PAGE

BLACKWATER 2 - LA DIGUE - L'EPIQUE SAGA DE LA FAMILLE CASKEY

Code EAN13: 9782381960463

Auteur : MCDOWELL MICHAEL

Éditeur : LOUVERTURE


   Peut être commandé
Description :

Tandis que la ville se remet à peine d'une crue dévastatrice, le chantier d'une digue censée la protéger charrie son lot de conséquences : main d'œuvre incontrôlable, courants capricieux, disparitions inquiétantes.
Pendant ce temps, dans le clan Caskey, Mary-Love, la matriarche, voit ses machinations se heurter à celles d'Elinor, son étrange belle-fille, mais la lutte ne fait que commencer.
Manigances, alliances contre-nature, sacrifices, tout est permis. À Perdido, les mutations seront profondes, et les conséquences, irréversibles.
Au-delà des manipulations et des rebondissements, de l'amour et de la haine, Michael McDowell (1950-1999), ¬co-créateur des mythiques Beetlejuice et L'Étrange Noël de Monsieur Jack, et auteur d'une trentaine de livres, réussit avec Blackwater à bâtir une saga en six romans aussi -addictive qu'une série Netflix, baignée d'une atmosphère unique et fascinante digne de Stephen King.
Découvrez le deuxième épisode de Blackwater, une saga matriarcale avec une touche de surnaturel et un soupçon d'horreur.

Presse
À la façon d'un fleuve, le style de Michael McDowell coule de source, et il ne lui faut pas plus d'une dizaine de pages pour nous plonger dans ce petit monde. Morts (plus ou moins naturelles), mariages, naissances, maladies, luttes de pouvoir et d'influence, Michael McDowell tisse une fascinante histoire de transmission à rebours des conventions. — Elle
Métamorphoses et fantômes ne sont que quelques-uns des ressorts fantastiques qui irriguent ici le réalisme de surface, drapant de bout en bout Blackwater d'une inquiétante, délicieuse, irrésistible étrangeté. — Télérama
Cette fresque intensément romanesque bouleverse, effraie, fascine et transporte. Ses personnages féminins en particulier, se révèlent inoubliables. Des heures de lectures intenses au cœur de la contrée imaginaire de Perdido. — Lire
Son style n'a rien de banal, qui mélange avec audace des images frappantes, un humour noir nourri par son regard acerbe sur les mœurs et des hallucinations effrayantes. — Les Inrocks
Michael McDowell se souciait fort peu de la postérité. Il se targuait d'être un “écrivain commercial”, un “artisan” dont le style était guidé par la recherche de clarté et de précision. Son dessein était aussi humble qu'ambitieux : procurer du plaisir aux lecteurs. Force est de constater que celui-ci demeure inentamé au fil des ans. Blackwater, c'est le plaisir retrouvé du roman-feuilleton. — Le Monde

4e de couverture :

Tandis que la ville se remet à peine d'une crue dévastatrice, le chantier d'une digue censée la protéger charrie son lot de conséquences : main d'œuvre incontrôlable, courants capricieux, disparitions inquiétantes.
Pendant ce temps, dans le clan Caskey, Mary-Love, la matriarche, voit ses machinations se heurter à celles d'Elinor, son étrange belle-fille, mais la lutte ne fait que commencer.
Manigances, alliances contre-nature, sacrifices, tout est permis. À Perdido, les mutations seront profondes, et les conséquences, irréversibles.
Au-delà des manipulations et des rebondissements, de l'amour et de la haine, Michael McDowell (1950-1999), ¬co-créateur des mythiques Beetlejuice et L'Étrange Noël de Monsieur Jack, et auteur d'une trentaine de livres, réussit avec Blackwater à bâtir une saga en six romans aussi -addictive qu'une série Netflix, baignée d'une atmosphère unique et fascinante digne de Stephen King.
Découvrez le deuxième épisode de Blackwater, une saga matriarcale avec une touche de surnaturel et un soupçon d'horreur.

Presse
À la façon d'un fleuve, le style de Michael McDowell coule de source, et il ne lui faut pas plus d'une dizaine de pages pour nous plonger dans ce petit monde. Morts (plus ou moins naturelles), mariages, naissances, maladies, luttes de pouvoir et d'influence, Michael McDowell tisse une fascinante histoire de transmission à rebours des conventions. — Elle
Métamorphoses et fantômes ne sont que quelques-uns des ressorts fantastiques qui irriguent ici le réalisme de surface, drapant de bout en bout Blackwater d'une inquiétante, délicieuse, irrésistible étrangeté. — Télérama
Cette fresque intensément romanesque bouleverse, effraie, fascine et transporte. Ses personnages féminins en particulier, se révèlent inoubliables. Des heures de lectures intenses au cœur de la contrée imaginaire de Perdido. — Lire
Son style n'a rien de banal, qui mélange avec audace des images frappantes, un humour noir nourri par son regard acerbe sur les mœurs et des hallucinations effrayantes. — Les Inrocks
Michael McDowell se souciait fort peu de la postérité. Il se targuait d'être un “écrivain commercial”, un “artisan” dont le style était guidé par la recherche de clarté et de précision. Son dessein était aussi humble qu'ambitieux : procurer du plaisir aux lecteurs. Force est de constater que celui-ci demeure inentamé au fil des ans. Blackwater, c'est le plaisir retrouvé du roman-feuilleton. — Le Monde
  • ean
    9782381960463
  • Auteur
  • Éditeur
    LOUVERTURE
  • Genre
    LITTÉRATURE - Littérature Générale - Poche
  • Date de parution
    22/04/2022
  • Support
    Poche
  • Description du format
    Version Papier
  • Poids
    176 g
  • Hauteur
    165 mm
  • Largeur
    108 mm
  • Épaisseur
    19 mm
Aucune actualité liée